Hôtel Carlton - 3, rue Pierre Mauroy - 59000 Lille - Tél (33) 03 20 13 33 13 - E-mail : carlton@carltonlille.com

<< Vue en direct depuis nos chambres

24h / 24

Cathédrale Notre Dame de la Treille, découvrez le néo-gothique Lillois


De style néo-gothique, l’édifice est situé dans le quartier du Vieux-Lille, à l’emplacement de l’ancienne “motte castrale” sur la Place Gilleson. Élevée en l’honneur de la Vierge Marie, la cathédrale n’est à l’origine qu’une chapelle votive. Nommée “Basilique mineure” par le pape Pie X en 1904, elle se verra attribuer son réel titre qu’à partir de 1913.


Le projet de construction d’une cathédrale

Au début de 1854, un concours international est lancé pour la conception d’un édifice néo-gothique, inspiré du “gothique de la première moitié du 13ème siècle”. La première pierre est posée le 1er juillet 1854 au cours des fêtes de célébration, en compagnie du maire, du préfet et d’une immense foule, et avant même qu’un projet architectural n’ait été retenu. Le jury constitué par la commission comprend alors plusieurs personnalités françaises et étrangères, tous éminents spécialistes de l’architecture chrétienne du Moyen Âge. Le concours reçoit 41 projets, en provenance de toute l’Europe. En mars 1856, le premier prix est attribué aux anglais William Burges et Henry Clutton. Pourtant, la commission ne peut se résoudre à confier la construction de l’édifice aux lauréats britanniques. Un membre du jury, farouche adversaire du parti anglais, propose de “franciser” le premier prix. Un mois plus tard, en dépit des protestations anglaises, la commission est validée et les travaux seront engagés dès le 9 juin 1856 avec la pose de la seconde “première pierre”.


La construction complexe de l’édifice

Commencée par la construction du chœur, la construction s’avère rapidement plus difficile que prévu. L’humidité du sol oblige à creuser profondément et à envisager la construction d’une immense crypte, travaux non prévus initialement, ce qui grève le budget de la commission. En 1861, le manque de ressources financières ralentissant le rythme des travaux, une loterie est organisée. D’un montant de 450,000 francs, elle ne rapportera que 170,000 francs. À partir de 1863, des “pierres commémoratives” destinées à être posées dans la crypte sont proposées à différents tarifs. Si elles rencontrent un vif succès auprès de grandes familles Lilloises, souvent au tarif le plus élevé de 10,000 francs, les recettes engendrées ne suffisent pas à éviter les déficits et le recours à l’emprunt. Aux difficultés financières sont venus s’ajouter des conflits internes et le chantier est pratiquement arrêté. De plus, la priorité de la bourgeoisie lilloise reste l’installation de l’université catholique, la construction de la cathédrale est alors mise en veille. En 1889, une nouvelle époque s’ouvre et les travaux avancent plus rapidement, financés par des dons, et surtout par des avances bancaires et par les apports personnels de Camille Féron-Vrau, médecin et entrepreneur français, atteignant en moyenne 100,000 francs par an. Mais en 1908, à la mort de ce dernier,  la situation budgétaire est de nouveau préoccupante. Cette fois-ci interrompu par la Première Guerre mondiale, le chantier ne se poursuit ensuite que lentement. Finalement, la construction de la façade et du portail coûteront au total 40 millions de francs. Le chantier s’achève et la façade est inaugurée le 19 décembre 1999. Dix ans plus tard, le 2 mars 2009, la cathédrale fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques. Contrairement à la plupart des cathédrales françaises, celle de Lille n’est pas la propriété de l’État ou d’une collectivité locale. Devenue cathédrale en 1913, elle est ensuite progressivement cédée à l’association diocésaine de Lille en 1975, qui en est encore aujourd'hui propriétaire.


Des services de qualité, juste pour vous

Comme vous avez pu vous en rendre compte à mesure des lignes de cet article, il y a beaucoup à dire de cette bâtisse à l’histoire tout à fait particulière. Aussi, après une agréable journée passée au sein de la capitale des Flandres, nous vous proposons une tout autre adresse pour bénéficier du repos que vous méritez. Notre hôtel, le Carlton, a de quoi vous charmer de par sa décoration et son placement idéal pour repartir de plus belle sur de nouvelles activités exaltantes. Prenez un instant pour vous, nous souhaitons que votre séjour soit remarquable. Alors ne réfléchissez plus, peu importe la raison qui vous pousse à profiter de votre temps libre : Lille est prête à vous accueillir.

Réserver une chambre

Affaire ou plaisir, vous êtes intéressé par un petit arrêt à Lille ?

Voir les offres